Mon gilet Embruns – Atelier Emilie

Il était temps de l’inaugurer ce blog ! Bon, en vrai, l’inauguration était faite puisque j’ai posté le premier article en Mars 2016. Mais depuis, plus rien… Il est vrai que j’avais rédigé pas mal d’articles ; que je n’ai jamais les publier parce qu’ils ne me plaisaient pas. Et puis, l’envie de partager avec vous a pris le dessus. J’aime beaucoup les échanges que je peux avoir avec mon podcast mais j’ai eu envie de quelque chose de différent, de quelque chose qui va rester, de quelque chose que l’on peut retrouver facilement. J’espère que mes articles seront à la hauteur.

Pour le projet que je vais vous présenter aujourd’hui, tout est parti de la laine.

Embruns_AtelierEmilie1

Un jour, lors d’un de mes passages à l’Atelier de la Création, je voulais acheté de la laine DK pour me faire un Rhapsody in Cable de Joji Loccatelli. Qui dit laine à l’Atelier, dit les qualités Mérinos de Drops. Je ne jure que par les laines mérinos et celles de Drops ont l’avantage d’être à un prix défiant toute concurrence. Cela est bien pratique lorsque l’on veut faire un projet avec une laine plus grosse que de la fingering et qui va donc demander un certain nombre de pelotes. La qualité Mérino Extra Fine convenait tout à fait à mon cahier des charges : Une laine DK en mérinos et pas très cher. J’avais déjà tester la Baby Mérino (poids fingering) et la Big Mérino (poids worsted) mais jamais la Mérino Extra Fine. Ca m’a, en plus, permis de découvrir une « nouvelle » laine.

Une fois devant le rayon de Mérino Extra Fine,  j’ai eu un vrai coup de coeur pour le coloris 15. Drops nomme ce coloris « vert gris clair ». Je dirai que c’est plutôt un bleu pâle tirant très légèrement sur le gris clair. J’ai donc acheté 12 pelotes.

Embruns_AtelierEmilie5

Puis, l’été arrivant, je n’avais pas envie de tricoter une si grosse laine. Il faut dire que j’ai aussi eu un petit coup de mou tricotesque pendant les deux mois de congés (ou presque). J’ai donc repoussé ce projet à l’Automne. Puis, fin Août, Soazig du blog et du podcast Lirbis m’a proposé de tricoter en même temps qu’elle le beau gilet Embruns d’Atelier Emilie. Ne voulant pas racheter de laine, j’ai décidé d’utiliser celle-ci. Comme mon stash déborde, je n’ai pas envie de racheter de la laine pour me faire le Rhapsody in Cable. Il attendra donc 1 an ou 2. Puis comme les envies changent et que de nouveaux patrons sortent régulièrement, je ne serai peut-être plus motiver pour ce pull d’ici-là. Il faut dire qu’il y a quand même du boulot avec toutes ces torsades et cette construction si originale.

Pour en revenir à la laine, je l’ai trouvé douce et agréable à tricoter. J’avais une petite appréhension sur le fait que la laine bouge beaucoup au blocage, comme les autres mérinos de Drops. On peut dire que, par rapport à la Baby Merino et à la Big Merino, elle a très peu bougé. J’avoue que j’ai été soulagé en enlevant mon gilet du blocage. Cependant, les manches se sont toutefois beaucoup rallongées. J’ai été obligé d’en détricoter un morceau de… 14 cm ! Même si cela est un peu pénible, je préfère que ce soit les manches qui soient à reprendre plutôt que le corps ! Surtout que, certaines fois, c’est très compliqué de réajuster le corps d’un vêtement (on parle de vous là Selenicereus, Sur un Nuage et Eau Gazeuse).

Embruns_AtelierEmilie4

Cependant, malgré un bon rapport qualité/prix et une jolie couleur, j’avoue que je prends plus de plaisir à tricoter des laines teintes à la main ; même si cela est un budget pour des laines DK ou worsted.

Même si Embruns est très connu de la blogo tricot, un petit point technique s’impose !

C’est un gilet court, plus court devant que dans le dos, qui se porte ouvert et dont la construction fait tout son charme. Déjà, on ne peut qu’apprécier une construction sans couture et en top down. Pour celles qui n’aime pas relever des mailles pour faire l’encolure, on peut ajouter comme point positif que les bandes se tricotent en même temps que le corps du gilet. C’est un vrai plaisir de voir que le gilet est terminé quand le corps et les manches sont tricotés, même si cette manière de faire rajoute quelques mailles au corps. Dans la taille que j’ai tricoté (la taille M1), il y a finalement autant de mailles dans le dernier rang du raglan, juste avant de séparer les manches que dans un rang du corps lambda. Personnellement, cela ne m’a pas dérangé. Je n’ai pas de préférence pour cette manière de faire ou pour l’autre.

Embruns_AtelierEmilie2

En plus de la bande d’encolure, le reste de la construction est vraiment intéressante et originale. On commence par tricoter un morceau de la bande d’encolure dans un sens, puis dans l’autre en relevant des mailles au milieu. On relève une nouvelle fois des mailles sur le long côté de la bande afin de tricoter le raglan. Puis, on met les mailles des manches en attente afin de les séparer du corps. Enfin, on relève des mailles le long des raglans des manches afin de tricoter les pans de devant et on tricote le corps en aller-retours. C’est cette étape qui permet au gilet d’être plus court devant que dans le dos. On tricote le corps du gilet jusqu’en bas et on reprend, pour finir, les manches laissées en attente.

Embruns_AtelierEmilie3

Même si le patron est très bien écrit et très clair, j’ai été obligé d’y apporter deux petites modifications morphologiques.

Le gilet étant très court et moi grande, j’ai rallongé le corps de Embruns de 11 cm. La longueur du gilet est parfaite ainsi. Devant, il m’arrive à hauteur de ceinture. Dans le dos, il m’arrive au milieu des poches du pantalon.

J’ai également rallongé les manches car elles ce sont des manches 3/4 dans la version d’Emilie. Bon, finalement, je les aient un peu trop rallongé vu que j’en ai enlevé 14 cm après blocage. De plus, dans plusieurs versions vues sur Instagram, je trouvais les manches un peu larges. Etant une adepte des manches fittées, j’ai fais mes diminutions tous les 8 rangs au lieu de tous les 9 rangs. J’ai par ailleurs fait ces diminutions 15 fois au lieu de 10 fois vu que j’ai fais des manches longues. Le fit et la longueur des manches sont ainsi parfaitement adaptées à ma morphologie.

Embruns_AtelierEmilie7

Pour résumer, j’ai beaucoup aimé tricoter le gilet Embruns. C’est un gilet en DK qui monte plutôt vite malgré le petit diamètre d’aiguilles préconisé pour ce type de laine (3,5). Je pense que le fait de l’avoir tricoter en même temps  que Soazig a aidé le tricoter rapidement (moins de 20 jours). J’ai tellement l’esprit de compétition et je déteste tellement perdre qu’il était inconcevable qu’elle le termine avant moi (alors qu’elle l’avait commencé AVANT) ! De plus, la construction si particulière permet de découvrir une nouvelle manière de faire (que j’ai beaucoup apprécié) sans que ce soit extrêmement compliqué techniquement. Je recommande ce gilet aux personnes débutantes confirmées qui souhaitent se lancer un petit défi.

Merci Emilie pour ce si joli modèle !

Embruns_AtelierEmilie6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *